fbpx
Olivia Gay, Sabrina, ouvrière sur fond gris
Olivia Gay - Sabrina, ouvrière sur fond gris. De la série "Les ouvrières de l'Aigle 2008"

Gestes – Olivia Gay

Ici la mécanisation a repris le dessus. L’usine est là, présente, oppressante parfois, avec ses deux ateliers : un atelier de «cartonnage», avec lumière du jour, zénithale, et un atelier de machines, plus spacieux, de nouveau très bruyant et éclairé de néons agressifs comme dans la série consacrée aux caissières de Margon. Scénographie du travail à la chaîne, issu du fordisme américain : les gestes sont répétitifs, doivent viser l’efficacité maximale en un temps minimal, et la hiérarchie professionnelle oppose les «filles-machines» – une appellation qui en dit long – et les «filles qui travaillent en main», ou encore «cartonnières» qui, chance pour elles, travaillent à la lumière du jour. Paradoxe absolu : ces ouvrières travaillent à la chaîne pour fabriquer des boîtes destinées à l’industrie du luxe, Chanel, Hermès, Cartier… Soit des produits que non seulement elles ne verront jamais, puisqu’elles sont réduites à leur emballage, mais que le salaire d’une année de travail ne pourra jamais leur offrir… Cruel clivage, une nouvelle fois, entre les femmes riches, très riches souvent, qui jouissent du luxe, et celles qui, chaque jour, dans l’aliénante répétition des mêmes gestes et dans le bruit insensé des machines, s’échinent pour elles. […] Dominique Baqué

Page en cours d’actualisation. retrouvez bientôt ici une série de documents qui présentent cette série, ainsi que l’intégralité des fiches d’oeuvres qui la composent.

Pour être le (la) premier(ère) informé(e), envoyez-nous un e-mail depuis le formulaire en bas de page.

_____

Vues d’expositions où la série a été présentée (sélection)

Voir prend du temps, car il s’agit de voir juste, et de pénétrer des mondes. Celui des ouvrières, des travailleuses, ces oubliées de l’art contemporain, ces exclues du récit national d ‘aujourd’hui. Enfin leur donner sens et existence : caissières de supermarché, ouvrières soumises aux cadences infernales de la chaîne et aux lois, plus inflexibles encore, du néo-libéralisme avancé, empaqueteuses qui ne verront ni n’achèteront jamais le luxueux produit de leur labeur, domestiques brésiliennes venues de leurs favelas pour entretenir les demeures des plus riches, dentellières de Calais qui tentent de rédimer leurs gestes par l’excellence d’un savoir-faire ancestral… A toutes, Olivia Gay l’affirme : envers et contre tout, vous existez.

Contactez-nous

Si vous souhaitez de plus amples informations ou connaitre la disponibilité des oeuvres, n’hésitez pas à nous transmettre un e-mail depuis cette page, ou nous appeler.

 

Si vous souhaitez voir des oeuvres à la galerie, nous vous conseillons de nous prévenir téléphoniquement de votre visite, afin de nous laisser le temps de les préparer ou les transporter entre son lieu de dépôt et nos locaux.

 

Il est parfois possible de rencontrer l’artiste dans son atelier. Si tel est votre souhait, n’hésitez pas de nous en parler.

+33 4 92 92 13 25

Merci de nous contacter. Nous allons vous répondre aussi vite que possible.