fbpx

[Le récit] it is first of all a prodigious variety of genres, themselves distributed between different substances, as if all matter were good for man to entrust his stories: the narrative can be supported by the articulated, oral or written language, by the image, fixed or mobile, by the gesture and by the orderly mixing of all these substances; it is present in the myth, the legend, the fable, the tale, the short story, the epic, the story, the tragedy, the drama, the comedy, the pantomime, the painted painting (which we think of the Sainte-Ursule de Carpaccio), the stained glass, the cinema, the comics, the miscellaneous fact, the conversation.

Roland Barthes, « Introduction à l'analyse structurale des récits », Communications, 1966
Olivia Gay, Fatimatou

Envisagées
_ par Raphaelle Stopin

Les visages d’Olivia Gay sont tous féminins. Ces femmes – ou devrait-on dire ses femmes tant elles semblent faire communauté autour d’elle, dans une sorte de sororité -, paraissent toutes volontaires ; quand bien même elles subissent, elles sont présentées agissantes. Olivia Gay les photographie dans leur cadre de vie, de travail, parfois de privation […]

Browse this document"
Olivia Gay, Grace

Droit de regard, droit de cité
_ par Dominique Baqué

Les femmes d’Olivia Gay ne sont pas encore des révoltées, moins encore des militantes : mais elles persistent à exister, elles défient la cécité d’une société fracturée dans l’écart devenu incommensurable entre ceux que le hasard a dotés de tous les biens et qui, sans cesse, se montrent, s’exposent, s’affichent, et ceux qui n’ont rien, et dont l’on voudrait nous faire croire qu’ils ne sont rien. […]

Browse this document"
Olivia Gay, Les ouvrières sur fond rouge

Olivia Gay, le style documentaire
_ par Caroline Bach

Olivia gay emprunte clairement le style documentaire. Dominique Baqué, interrogeant justement la notion de document, écrit : «Or, il ne s’agit pas d’en revenir au document comme preuve infaillible. Pas plus que l’art, le document ne «donne» le réel : il le construit, lui donne sens, au risque des faux sens, des contresens, mais il n’est pas et ne sera jamais l’épiphanie du réel.» […]

Browse this document"

Sign up for the

sintitulo gallery

Espaces creux, espaces communs
– par Joelle Zask

Parmi les sculptures d’Arnaud Vasseux, il y a des petites choses et des grandes, des objets en bois, en polyéthylène, en résine ou en carton, des dessins et des sculptures, des bas reliefs et des éléments mobiliers. Où se trouve leur communauté ? La première chose à dire, c’est qu’elles n’ont pas d’unité, et c’est tant mieux. L’unité suppose l’identité, pas nécessairement des formes, mais des mobiles de leur invention. […]

Read more »

Un art de manipulations lentes et secrètes
– par Jean-Christophe Bailly

Un art de manipulations lentes et secrètes, nocturnes la plupart du temps, une science fine des dépositions et des extractions, un rapport constamment maintenu avec la nature et la matérialité de tout ce que l’on peut toucher ou voir – c’est ainsi que se présente le travail entrepris par Delphine Wibaux depuis maintenant quelques années et dont on devine qu’il ne peut, compte tenu de son amplitude, que se recharger continuellement à lui-même, à la façon d’une suite de protocoles d’expérience se renouvelant en cascade. […]

Read more »

Partition lunaire (1)
– par Christiane Armand

Si entrer dans la pratique artistique de Delphine Wibaux vous tente, osez le passage à travers la brèche offerte par Partition lunaire – nouvelle écrite par l’artiste en 2014 – et des mondes tissés de sensibilités multiples s’ouvriront à vous.

Le récit, narré à la première personne, raconte les migrations nocturnes d’une créature ayant trouvé refuge dans une grotte inscrite à l’intérieur d’un arbre. La narratrice […]

Read more »

Absorptions (2)
– par Christiane Armand

L’artiste a mis en œuvre concrètement ses expériences poétiques en élaborant des protocoles expérimentaux où une grande variété de plantes et de tubercules ont été répertoriés au regard de leur pouvoir photosensible, de la stabilité des substances à la lumière, de leur teinte. Les jus photosensibles préparés par l’artiste ont donné l’opportunité de révéler en leur cœur atomique des images – d’astres, de paysages, de fouilles archéologiques sous-marines – reproduites en négatif sur papier calque et insolées. La révélation, non fixée, s’estompe au fil du temps, sous l’action de la lumière ambiante. Cette série de pièces porte invariablement le nom d’Absorptions. […]

Read more »

Témoins souples (4)
– par Christiane Armand

Les Témoins souples, initiés en 2014, consistent en des dépôts d’images sur pierre, porcelaine ou grès. […] Non fixés, ces derniers se déposent partiellement sur les surfaces avec lesquelles ils entrent en contact. Ainsi, chaque image pigmentaire en suggère une autre, sans cependant l’imposer. En ce sens nous pourrions la qualifier d’« image matricielle ». Une fois ce témoin visuel passé, la source pulvérulente perd de son homogénéité, conservant les traces plus ou moins visibles de ce dont elle a témoigné. […]

Read more »

Abriter les êtres et les choses (5)
– par Christiane Armand

Delphine Wibaux s’intéresse à ces abris rudimentaires parce qu’ils s’affranchissent de la culture. Comme l’explicite l’artiste, « les photographies de la Chine auraient très bien pu être prises au Maroc. » Delphine Wibaux rapporte également qu’elle cherche à introduire une dialectique entre la puissance naturelle à l’œuvre dans les Absorptions et celle-là même dont nous devons nous protéger […]

Read more »

The Artificial Reality Of The Rough Within Beauty Sublimation
– by Cristina Albertini Bahnarel

To the images of the fragments of body covered by wax add now real indoor scenes about which we would not know to say if they are glimpses of a boudoir, beauty salons, simple workshop views or what else… It could be about a fiction narrative, some kind of dystopia, or the psychedelic expression of the genre of Twin Peaks. A narrative of that personal story of the cult of the image… With these images, Marta awakes this phrase that Louise Bourgeois (…)

Read more »

Photography As A Mask Of Reality
– by Bruno Dubreuil

So here we are in the world of trompe l’oeil, of this illusion that aims at the perfect repetition of reality.
This is a genre well identified and codified in the history of art, the meaning of which has evolved over the years: first memic virtuosity, then subtle play with reality.

Read more »

Post – by Christian Caujolle

The sharpness of the images combines with the permanence of the light that makes it possible. With its consistency, its repetition. An extremely white light, paradoxical, flattering at the same time as sculpting. A formidable light, excavating details but not enhancing them. An operating room light. Surgical.

Read more »

Contact us

Please feel free to call or e-mail us for any further question.

+33 4 92 92 13 25

Merci de nous contacter. Nous allons vous répondre aussi vite que possible.