fbpx

__ la galerie est ouverte sur rendez-vous, appelez-nous au 04 92 92 13 25 ou envoyez un e-mail pour annoncer votre présence:

_newsletter

Olivia Gay, des photographies socio-icôniques
_ par Fabienne Dumont

J’ai rencontré le travail d’Olivia Gay lors de l’exposition « Quel travail ?! Manière de faire, manière de voir » au Centre photographique d’Île-de-France, en 2013.

Des ouvrières de la dentelle (Les dentellières de Calais, 2010) ou de boîtes destinées à contenir des vêtements de luxe (Les ouvrières de l’Aigle, 2007) sont photographiées sur leurs lieux de travail, dans un cadre banal, quotidien, celui du travail répétitif de l’usine. Par une démarche d’insertion longue dans ces lieux laborieux, par les échanges qui se nouent avec les femmes qui y vivent, Olivia Gay réussit à photographier des scènes banales avec une extrême attention à la présence de son sujet, qui ressort magnifié sous l’objectif photographique. Les gestes quotidiens sont sacralisés, les personnes prennent de l’importance. La photographe évoque sa fascination pour les icônes religieuses que sont les Madones et les Vierges à l’enfant, mais aussi pour le peintre des lumières, le Hollandais Johannes Vermeer.

Olivia Gay, des photographies socio-icôniques <br> _ par Fabienne Dumont

Caissières de supermarché, prostituées, dentellières, moniales, en Normandie, en Afrique, en Amérique du Sud, son intérêt pour les vies de femmes ne s’arrête pas aux frontières hexagonales. Ces séries photographiques donnent accès à différents milieux homosociaux, dans le sens d’une socialité entre personnes de même sexe, ici un monde de femmes d’où les hommes sont exclus. Ils apparaissent furtivement dans certaines séries, dans un partage du monde qui souligne l’existence de métiers féminisés et de rôles sexués. Dans ces séries, le constat des conditions de travail, la résignation aux tâches dévolues semblent inéluctables, tout comme dans la série qui s’attache aux prostituées (Vila Mimosa, 2000). En même temps, toutes ces femmes opèrent de micro-résistances, tentent de faire dévier ces tâches vers d’autres libertés. Elles tentent de reprendre la main sur leurs vies, ce que les photographies laissent transparaître. Olivia Gay expérimente aujourd’hui d’autres formes esthétiques, l’association de la parole aux images, pour leur faire dire d’autres choses, pour amplifier l’écho des images, pour mettre les icônes dans une prise de parole sur leur destin, pour évoquer leurs rêves, leurs désirs, leurs difficultés.

Olivia Gay, des photographies socio-icôniques <br> _ par Fabienne Dumont

Le travail d’Olivia Gay s’inscrit dans le champ des photographes, vidéastes et autres artistes qui s’intéressent de manière sociologique ou ethnographique au labeur, reflet d’une société et reflet d’une aliénation. Entre le désir de magnifier ces vies, ces tâches et en dénoncer les conditions difficiles, les soumissions à un ordre économique, la palette des positionnements est large. Attaché aux personnes humaines, le regard porté par Olivia Gay est une valorisation de ces vies féminines ignorées ou méprisées. Dans la répétition et l’enfermement, de la chambre, de l’usine, du cloître, elles participent de l’ordre du monde. Leur mise en lumière les fait surgir du néant, les rend visibles et communique un sentiment de proximité par la mise en scène du quotidien.

Olivia Gay

Ces images n’appartiennent pas à la lignée des photographies plasticiennes, mais à celle de la photographie documentaire, un héritage des années 1930 revivifiée depuis les années 1980. August Sander fait poser longuement ses modèles, en un redoublement du réel qui permet aux protagonistes de s’approprier leurs représentations (Visages de ce temps, 1929). L’attention portée aux modèles rappellent les images de Lisette Model capturées dans les rues, celles plus politiques, mais tout aussi poignantes, de Dorothea Lange, la longue fréquentation des marginaux immortalisés par Diane Arbus ou encore l’extrême attention à la fixation de l’instant présente chez Berenice Abbott. Les photographes de ce courant associe aux qualités esthétiques une volonté de changer la donne sociale et politique par le regard qu’ils et elles portent sur les communautés rencontrées.

Olivia Gay, des photographies socio-icôniques <br> _ par Fabienne Dumont

Les séries d’Olivia Gay ont aussi une parenté avec les travaux des artistes féministes qui désiraient parler des conditions de vie des femmes, dans leur multiplicité, pour témoigner de leurs vécus, de leurs labeurs, de leurs désirs, pour humaniser des vies souvent meurtries, abîmées par le poids des contraintes sociales. Ces travaux cherchaient à améliorer ces conditions de vie, à permettre aux femmes de gagner des droits. Outre la dignité retrouvée, qu’en est-il de ces aspirations à plus de justice sociale chez ces ouvrières ? Quelles sont les rêves des autres ? C’est à ces questions que le travail d’Olivia Gay cherche aujourd’hui à répondre, en amplifiant le dispositif photographique.

Olivia Gay

Le regard d’Olivia Gay emprunte à la sociologie, à l’ethnographie, à la photographie documentaire et à la peinture ancienne pour créer cette approche socio-icônique qui raconte les mutations du travail actuel et les survivances du passé, la construction de corps sociaux qui se plient aux exigences du marché du travail tout en continuant à rêver d’un ailleurs, aux rapports de pouvoir qui régissent le monde, un extérieur qui enchâsse sans le dire les univers clos photographiés par Olivia Gay.

__ Fabienne Dumond

critique et historienne de l’art

Lire aussi:

Olivia Gay

Olivia Gay, le style documentaire
_ par Caroline Bach

Olivia gay emprunte clairement le style documentaire. Dominique Baqué, interrogeant justement la notion de document, écrit : « Or, il ne s’agit pas d’en revenir au document comme preuve infaillible. Pas plus que l’art, le document ne « donne » le réel : il le construit, lui donne sens, au risque des faux sens, des contresens, mais il n’est pas et ne sera jamais l’épiphanie du réel. » Le style documentaire suppose une certaine distance à l’objet photographié, ni trop près, ni trop loin, une distance intermédiaire donc. Ensuite, il se construit aussi dans la série car c’est le frottement d’une image à l’autre, puis d’une série à l’autre, qui fait émerger le discours. C’est ainsi qu’Olivia Gay construit un regard sur les femmes et certaines de leurs situations dans notre monde aujourd’hui.

Lire ce texte »
Olivia Gay

Le regard authentique d’Olivia Gay
_ par Jean-Marc Lacabe

Olivia Gay photographie très spontanément, avec un regard authentique, sans freiner ses envies et
ses désirs d’images. Démarche qu’elle nourrit de lectures philosophiques et anthropologiques sur le
corps comme notamment le travail de l’ethnologue Marcel Mauss. Cette question du corps et de sa
représentation est au coeur de ses recherches depuis ses premières photographies réalisées en
Amérique Latine, en 1998 : « Les Jineteras de La Havane ». Elle partage le quotidien de jeunes
prostituées durant deux mois, dans un quartier de la ville qu’elle délimite comme territoire
d’expérimentation photographique (…)

Lire ce texte »
Droit de regard, droit de cité <br> _ par Dominique Baqué

Droit de regard, droit de cité
_ par Dominique Baqué

Les femmes d’Olivia Gay ne sont pas encore des révoltées, moins encore des militantes : mais elles persistent à exister, elles défient la cécité d’une société fracturée dans l’écart devenu incommensurable entre ceux que le hasard a dotés de tous les biens et qui, sans cesse, se montrent, s’exposent, s’affichent, et ceux qui n’ont rien, et dont l’on voudrait nous faire croire qu’ils ne sont rien.

Lire ce texte »

En savoir plus sur l’artiste: 

Contactez-nous

Si vous souhaitez de plus amples informations n’hésitez pas à nous transmettre un e-mail depuis cette page, ou nous appeler.

+33 4 92 92 13 25

Merci de nous contacter. Nous allons vous répondre aussi vite que possible.