fbpx

__ la galerie est ouverte sur rendez-vous, appelez-nous au 04 92 92 13 25 ou envoyez un e-mail pour annoncer votre présence:

_newsletter

Olivia Gay, le style documentaire
_ par Caroline Bach

Sur une image, une table ovale avec huit personnes installées autour, une pièce avec un mobilier plutôt quelconque, des boîtes en bois fermées sur la table : c’est l’Atelier national du Point d’Alençon, avec ses brodeurs (il y a quelques hommes, parfois) ; sur une autre, la même table ovale mais, cette fois-ci, il n’y a que six brodeuses, boîtes de couture ouvertes, et quelques dentelles au mur. Il se dégage de cette image du silence et de la lenteur, certainement parce que nous imaginons que l’ouvrage demande du temps et que les brodeuses semblent totalement absorbées par leur travail. Puis nous nous rapprochons des dentellières et de leurs mains pour nous plonger dans ce monde minutieux, presque monacal. 

Olivia Gay, le style documentaire <br> _ par Caroline Bach

« Les Dentellières d’Alençon » est une série réalisée par Olivia Gay en 2008 et comprend dix photographies. Le point d’Alençon est né au XIIème siècle et il faut entre sept et dix ans pour le maîtriser. Il s’agit d’une transmission orale, un apprentissage comme sorti d’un autre temps. Avec Olivia Gay, nous sommes entrés dans un de ces mondes cachés. Ce que fait ressortir la série, c’est ce contraste entre la banalité du « lieu d’exercice » et ce savoir-faire plusieurs fois centenaire, entre cet espace en apparence ouvert alors que nous y découvrons une activité profondément solitaire : les brodeuses ne se parlent pas, certaines portent des écouteurs. Où classer cet espace de travail car nous percevons ces cloisons invisibles qui les séparent les unes des autres ? Sans passage, ni échange, l’espace s’est refermé.

Olivia Gay, le style documentaire <br> _ par Caroline Bach

Dans une autre série, « Les Dentellières de Calais » (2010), nous sommes au cœur de la fabrication de la dentelle de Calais-Caudry : les métiers Leavers ont remplacé le savoir-faire ancestral, les images s’animent car les gestes sont plus amples et la longueur de la dentelle s’allonge jusqu’à couvrir le sol. Bien qu’isolées sur leur poste de travail, les ouvrières évoluent dans un espace qui s’est agrandi car nous imaginons les déplacements et la parole entre ces trois raccommodeuses.

Olivia Gay, le style documentaire <br> _ par Caroline Bach

Changement de décor : avec « Supermarket » (2006), l’artiste s’intéresse aux caissières de supermarché. En sept images, nous percevons bien la surexposition visuelle à laquelle sont soumises ces caissières : assises au milieu de l’espace, vues par tous et tous les angles, c’est finalement dans ce dos à dos avec une autre caissière que nous percevons de la protection et que s’ouvre un petit espace privé où personne ne peut passer. Si un supermarché propose un espace ouvert et « relationnel », de nouveau, dans une sorte de renversement, ce manque d’intimité – cette impossibilité à se mettre à l’abri du regard de l’autre – et cette surveillance permanente le rendent presqu’étouffant, se refermant ainsi sur les caissières qui y travaillent.

Olivia Gay, le style documentaire <br> _ par Caroline Bach

Olivia Gay emprunte clairement le style documentaire. Dominique Baqué, interrogeant justement la notion de document, écrit : « Or, il ne s’agit pas d’en revenir au document comme preuve infaillible. Pas plus que l’art, le document ne « donne » le réel : il le construit, lui donne sens, au risque des faux sens, des contresens, mais il n’est pas et ne sera jamais l’épiphanie du réel. » Le style documentaire suppose une certaine distance à l’objet photographié, ni trop près, ni trop loin, une distance intermédiaire donc. Ensuite, il se construit aussi dans la série car c’est le frottement d’une image à l’autre, puis d’une série à l’autre, qui fait émerger le discours. C’est ainsi qu’Olivia Gay construit un regard sur les femmes et certaines de leurs situations dans notre monde aujourd’hui.

[…] Extrait du texte Stratégies photographiques et espaces de travail (mars 2016), rédigé dans le cadre d’une thèse de doctorat en histoire des arts, intitulée « Quand l’art contemporain s’intéresse à l’économie : espaces de travail et formes économiques en question. », sous la direction de Frédérique Villemur, LIFAM (ENSAM, Montpellier) et école doctorale 58 (université de Montpellier). 

__ Caroline Bach

Lire aussi:

Olivia Gay

Olivia Gay, des photographies socio-icôniques
_ par Fabienne Dumont

Les séries d’Olivia Gay ont aussi une parenté avec les travaux des artistes féministes qui désiraient parler des conditions de vie des femmes, dans leur multiplicité, pour témoigner de leurs vécus, de leurs labeurs, de leurs désirs, pour humaniser des vies souvent meurtries, abîmées par le poids des contraintes sociales. Ces travaux cherchaient à améliorer ces conditions de vie, à permettre aux femmes de gagner des droits. Outre la dignité retrouvée, qu’en est-il de ces aspirations à plus de justice sociale chez ces ouvrières ? Quelles sont les rêves des autres ? C’est à ces questions que le travail d’Olivia Gay cherche aujourd’hui à répondre, en amplifiant le dispositif photographique.

Lire ce texte »
Olivia Gay

Le regard authentique d’Olivia Gay
_ par Jean-Marc Lacabe

Olivia Gay photographie très spontanément, avec un regard authentique, sans freiner ses envies et
ses désirs d’images. Démarche qu’elle nourrit de lectures philosophiques et anthropologiques sur le
corps comme notamment le travail de l’ethnologue Marcel Mauss. Cette question du corps et de sa
représentation est au coeur de ses recherches depuis ses premières photographies réalisées en
Amérique Latine, en 1998 : « Les Jineteras de La Havane ». Elle partage le quotidien de jeunes
prostituées durant deux mois, dans un quartier de la ville qu’elle délimite comme territoire
d’expérimentation photographique (…)

Lire ce texte »
Droit de regard, droit de cité <br> _ par Dominique Baqué

Droit de regard, droit de cité
_ par Dominique Baqué

Les femmes d’Olivia Gay ne sont pas encore des révoltées, moins encore des militantes : mais elles persistent à exister, elles défient la cécité d’une société fracturée dans l’écart devenu incommensurable entre ceux que le hasard a dotés de tous les biens et qui, sans cesse, se montrent, s’exposent, s’affichent, et ceux qui n’ont rien, et dont l’on voudrait nous faire croire qu’ils ne sont rien.

Lire ce texte »

En savoir plus sur l’artiste: 

Contactez-nous

Si vous souhaitez de plus amples informations n’hésitez pas à nous transmettre un e-mail depuis cette page, ou nous appeler.

+33 4 92 92 13 25

Merci de nous contacter. Nous allons vous répondre aussi vite que possible.