fbpx

On pourrait dire qu’avec ses différentes expériences de captation, Delphine Wibaux mène un travail quasi photographique, mais qui se ferait sans appareil ni sténopé – l’appareil cette fois c’est la performance lumineuse continue de l’univers. On peut concevoir la photographie en général comme l’interposition d’une surface dans un flux, mais cette fois la surface est à l’air libre et le temps de pose est très long ou, mieux, il n’y a plus, à proprement parler de pose, il n’y a plus que l’action du temps, et elle est continue : l’univers infuse. [...] 

Jean-Christophe Bailly

captation: photographie, sculpture, installation

Delphine Wibaux, vue d’atelier – Copyright Tom Rider, 2020.

Delphine Wibaux, Arbre Scandola
Absorption, Scandola 2018.
Copyright de l'artiste, courtesy galerie Sintitulo

Biographie.

Delphine Wibaux est diplômée de l’École Supérieure d’Arts et de Design Marseille – Méditerranée en 2014, avec félicitations du jury. 

A sa sortie de l’école, elle a développé des partenariats avec les Ateliers Médicis et la Fondation Luma. Elle a participé à des résidences et expositions au Parc Saint Léger en France puis en Chine à Suzhou, en Lettonie à Cesis et en Géorgie à Tbilisi. Son travail a été montré à la Collection Lambert à Avignon

Sur une invitation de Jean-Christophe Bailly, elle a intégré le séminaire intitulé « Voir le temps venir » au Jeu de Paume (Paris, 2019).

Elle a été la lauréate du Prix des galeries à Art-o-Rama, 2017 suivi d’un solo show en tant qu’artiste invitée dans ce salon d’art contemporain à Marseille (2018) ainsi que d’une publication monographique.

2020 

Les mauvaises herbes résisteront, espace Villary, Nîmes

Restitutions de résidence « L’envers des pentes«  à la Villa du parc, Annemasse / les Capucins, Embrun / le Musée Dauphinois, Grenoble

Par hasard, La Friche de la Belle de Mai, Marseille

2019

Tbilisi Art Fair #2, Géorgie  (curateur Eric Schlosser)

Rêvez #3, exposer les scènes émergentes – Mémoires sauvées du vent, curateur : Stéphane Ibars, Collection Lambert, Avignon

Lumières habitées, curateur : Jean-Christophe Bailly. Avec Ismail Bahri, Galerie Art cade, Les Bains douches, Marseille

2018

Green house (solo show)Tbilisi Art Fair #1, Géorgie

Esphamora (Solo show) Art-o-rama, Marseille

Territoires/ Variations, Ateliers Médicis, Clichy-sous-bois

2017

Absorptions lunaires, migrations diurnes (solo show) Art-O-Rama, Marseille  

Inventeurs d’aventures, curateur : Gaël Charbau, Friche de la Belle de Mai, Marseille

2016

Absorption pour un vestige, Centre d’art Léger, Port de Bouc

2015

Yes to all, Galerie Treize, Paris Biennale des jeunes créateurs, Mulhouse  

法国 , Centre d’art de Suzhou, Chine.

2020 – CIRCA, Nice

2019 – L’envers des pentes, refuge de Vallonpierre, Valgaudemar

2018 – Résidence aux ateliers de la Ville (duo Todèl), Marseille

Résidence de transmission et de création dans le cadre du dispositif Création en cours, Haute-Corse

2017 – Résidence avec le centre de photographie Rucka, Cesis, Lettonie

2015 – Résidence de recherche au Parc Saint Léger, Pougues-les-Eaux.

2021 – Voir le temps venir, édition du séminaire au Jeu de Paume

2019 – Mémoire de forme, projet curatorial du collectif Petite Surface, un partenariat avec ARTER et la galerie Perrotin 

2018 – DW, monographie, édition Art + Art-O-Rama 2016 – Le quotidien de l’art n° 1071

 

2019 – Voir le temps venir, une invitation de Jean-Christophe Bailly, en dialogue avec Chloé Moglia, Jeu de Paume, Paris

Repères

Attentive aux signaux faibles, Delphine Wibaux cherche à rendre perceptible le vivant. Son travail commence avec une observation et une écoute attentive de son environnement, puis des prélèvements qu’ils soient urbains ou en pleine nature. 

Sa pratique traduit une volonté d’extraire certains événements invisibles ou inaudibles, par des procédés alliant l’expérience scientifique à une approche poétique de la phénoménologie.

Ses transferts constituent des entreprises minutieuses de déplacement d’une image ou d’un son captés dans le paysage, vers des surfaces en constante dégradation. Ils se présentent comme une liaison fragile entre ce qui est peu perceptible et des supports matériels modestes.

Delphine Wibaux, copyright Tom Rider 2020.

Sélection d'oeuvres

__récemment documentées
sur notre site

Principales séries.

Sébastien Arrighi, Queen Of The Silver Camps: Golden

Simile, par Sebastien Arrighi

Simile est une série de travaux sur le paysage du far west américain, que Sebastien Arrighi réalise à l’intérieur d’un jeu vidéo. Elle comprend des tirages papier de petit format et une vidéo constituée d’une succession de 8 plans fixes.

Lire plus »

Actualité.

Olivia Gay, Isabelle, raccommodeuse chez Noyon

Olivia Gay
– début de sa recherche doctorale

2020 – 2023
Recherche doctorale
_
Intitulé Women at Work. Images et économie. Pour une photographie compréhensive, son projet doctoral porte sur la création d’une édition composée d’une oeuvre plastique (photographies, dessins, peintures, collages) et d’une réflexion théorique sur une photographie compréhensive (Mauss, Weber). Sa recherche est encadrée par Anca Cristofovici et Tania Vladova. […]

Lire plus »
Podcast "L'Oeil écoute" <br>-  Olivia Gay échange avec Yannick Leguillanton, pour le magazine Hemeria, 25/04/2020

Podcast « L’Oeil écoute »
– Olivia Gay échange avec Yannick Leguillanton, pour le magazine Hemeria, 25/04/2020

avril 2020
Podcast Soundcloud: « L’oeil écoute »
_
Photographe « concernée », dans le sens défini par Cornell Capa, elle est une femme qui photographie d’autres femmes, toujours avec la bonne distance, celle qui lui permet à la fois d’entrer avec elles dans une pratique de réciprocité et d’enrichir sa réflexion sur l’évolution de leur rôle dans notre société. […]

Lire plus »
Extinction. The World Without Us

Le travail de Sebastien Arrighi publié dans
« Extinction. The World Without Us » – Livre désormais disponible chez l’éditeur

01/03/2020
Urbanautica, USA

Un livre singulier couvrant le travail de 30 photographes sélectionnés dans le cadre du projet « Extinction. The World Without Us ». Une sélection de projets qui nous poussent à réfléchir devant la thématique puissante de l’extinction humaine, de multiples points du vue.
Presque 250 pages de photographie!

Les images de Sebastien Arrighi qui y sont reproduites font partie de la série « Shivers ».
Le livre est disponible en édition à la demande sur le site de l’éditeur, à partir du 1er mars 2020.

Lire plus »

Livres.

Contactez-nous

Si vous souhaitez de plus amples informations n’hésitez pas à nous transmettre un e-mail depuis cette page, ou nous appeler.

Si le travail des artistes vous intéresse, vous pouvez venir consulter la documentation disponible et ses publications à la galerie, ou visualiser ses oeuvres.

Annoncez votre visite pour nous permettre de la préparer.

+33 4 92 92 13 25

Merci de nous contacter. Nous allons vous répondre aussi vite que possible.