LEMESLE & ROUBAUD

Nés en 1973 et 1974, vivent et travaillent à Nice

Je ne fais pas de peinture abstraite. Je ne fais pas de peinture figurative. De l'existence de ces classes si commodes, je ne déduis que la possibilité d'en étirer les limites jusqu'à les rendre insignifiantes. Je ne fais pas des peintures, mais des tableaux dont la mise en oeuvre peut recourir aux moyens de la peinture. Un jour, j'espère, je ne pourrais plus même dire cela.
Lentement, d'analogies de forme en mots d'esprit, etc., je recompose une pratique plastique et langagière qui désire relier les facettes d'un monde qui avait pris à mes yeux le visage d'une explosion. En jouant la signification contre la signification, je cherche du sens improbable. Du sens-surprise. De mon propre fonctionnement naît l'étonnement, et avec lui le plaisir qui, de ce que chaque noeud nouveau peut devenir un des brins du prochain, ne s'altère pas et se reconduit ...
Cynthia Lemesle, 1998

Je peins comme Tarantino filme. A sa manière je construis mon travail à partir de l'oeuvre de mes prédécesseurs. Ses films sont une suite de références ou de métaphores plus ou moins évidentes à d'autres créations cinématographiques, pourtant ils n'en sont pas pour autant des copies conformes ou des hommages. Si PULP FICTION doit autant à John Ford qu'à John Woo, à la Nouvelle Vague qu'aux Snuff movies il n'en demeure pas moins le film de Quentin Tarantino. De même, si son regard s'est éduqué par la vidéo au final ses réalisations aboutissent réellement à du cinéma.
Je n'ai pas acquis mes connaissances dans un vidéo club, mais à partir de catalogues, de photos d'expositions ou de visites dans les musées et centres d'art.
Une partie de ma pratique consiste à feuilleter des ouvrages et d'aller d'une image à l'autre. C'est le fait de pouvoir franchir quatre à cinq siècles en tournant une page qui a conditionné ma manière d'appréhender les références de manière transhistorique. Elles ne sont soumises à aucune hiérarchie chronologique. Je tente le grand écart entre différents mouvements, qu'il soient inscrits dans la modernité ou plus anciens.
Jean-Philippe Roubaud, 2000